La biodiversité, la PAC : intervention d’Inès TREPANT au salon Marjolaine

Inès TREPANT a fait une intervention acclamée au récent salon Marjolaine.

Elle est l’autrice de Biodiversité, quand les politiques européennes menacent le vivant

Biodiversité, quand les politiques européennes menacent le vivant

Le Salon Marjolaine, qui s’est tenu du samedi 2 au lundi 11 novembre à Paris, a été une occasion très stimulante pour aborder la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) en cours, avec un public engagé et averti.

La PAC, c’est loin d’être un enjeu qui se limite au quotidien des agriculteurs ou des éleveurs cantonnés sur leurs parcelles. Certes, c’est notre alimentation qui en dépend. Mais c’est aussi un levier majeur pour répondre aux deux crises écologiques mondiales qui sapent les fondements de l’humanité : la crise climatique d’une part, et la crise de l’effondrement de la biodiversité d’autre part.

Malheureusement, l’importance de ce dossier échappe largement à la vigilance citoyenne, alors qu’il s’agit d’un dossier brûlant, clivant, à pièces sonnantes et trébuchantes, négocié à l’ombre des lobbys de l’agro-industrie.

Les raisons de se mobiliser sont nombreuses. La PAC, c’est encore près de 40 % du budget européen. Une politique européenne qui touche directement près de 50% du territoire de l’UE, composé de zones agricoles et rurales, et dont les effets collatéraux sont majeurs. Car in fine, c’est le climat, notre santé, la santé des écosystèmes terrestres et marins qui pâtissent du règne triomphant de l’agrochimie.

La PAC : un dossier sur lequel les citoyens doivent impérativement faire entendre leurs voix, sous peine d’être mis devant le fait accompli, par l’annonce, dans les prochains mois, d’un accord sur la PAC post-2020.

À ce stade des négociations, les autorités politiques en Europe n’ont nullement pris la mesure de l’urgence écologique. En avril dernier, le Parlement européen sortant avalisait, au sein de sa commission agriculture, la poursuite du modèle de l’agriculture industrielle, dans la logique « business as usual », en la maquillant d’un vernis écologique.

Mais il n’est pas trop tard pour agir. La PAC n’est pas « damnée » à être un bateau ivre qui part à la dérive. Les alternatives au modèle de l’agriculture industrielle existent. C’est l’agroécologie ! Au lieu de combattre la nature, elle la prend comme alliée. Elle part du postulat que le sol est vivant. Au lieu de miner la rentabilité agricole, la biodiversité la dope. La FAO qui a publié, le 22 février 2019, le premier rapport du genre sur l’état de la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture, ne dit pas autre chose. Celui-ci présente des preuves de plus en plus tangibles et inquiétantes que la biodiversité qui sous-tend nos systèmes alimentaires est en train de disparaître, menaçant gravement l’avenir de notre alimentation, de nos moyens de subsistance, de notre santé et de notre environnement.

L’agroécologie : une lubie écologiste ? C’est un modèle préconisé par de nombreux scientifiques, qui résonne dans les hautes sphères des Nations Unies, et qui en ont désormais fait une de leurs recommandations phares à l’intention des décideurs politiques. Elle doit à présent être insufflée dans les fondements de la PAC.

Certes, la force d’inertie « pour que rien ne change » est colossale, tant il y a d’intérêts économiques en jeu. C’est précisément pour cette raison qu’il faut sortir la PAC de son sillon agricole et la mettre au cœur de la bataille climatique, pour laquelle les citoyennes et citoyens battent le pavé depuis des mois.

La réforme de la PAC : un dossier dont le public doit impérativement s’approprier. Car « Climat, Agriculture et Biodiversité » font partie du même combat.

Inès Trépant, autrice de Biodiversité : Quand les politiques européennes menacent le Vivant. Connaître la nature pour mieux légiférer , Éditions Yves Michel (2017).

Pour en savoir plus sur la réforme de la PAC en cours : voir mon article paru dans la Revue l’Écologiste, n°55 (Octobre – Décembre 2019) : « Agriculture : Quelle politique européenne ? ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *