Apportez 5€ pour soutenir un site de crowdfunding: écobole

 

La startup ecobole.fr mise à mal par sa propre banque…

20 avril, 2013

 

ecobole.fr est la première startup de crowdfunding en France axée entièrement sur l’écologie.

Depuis plusieurs mois, nous avons noté un réel enthousiasme et une forte attente de la part du public, des créateurs, des entrepreneurs et des divers acteurs que nous avons rencontrés (dont une députée).

Malheureusement, notre jeune startup est mise à mal par sa propre banque !
En effet, la Banque Populaire (oui, celle des commerçants) nous « ferme les robinets » et tous moyens de paiement en plein démarrage, heureux sans doute de nous voir couler (peut-être pour récupérer l’idée ?). Au final, cette banque n’a jamais accepté de délivrer la solution de paiement en ligne.

Pourquoi ? Voici leur réponse par téléphone (et en off dans un bureau) : « Nous n’avons pas de recul sur le financement participatif en France. »
Cela peut sembler incroyable vu le nombre d’articles parus sur la question ces dernières années ! De plus, tous les indicateurs sont au vert concernant le développement du crowdfunding dans le monde. Il suffit simplement de taper « crowdfunding » dans Google Actualités…D’ailleurs, quand on lit la déclaration de la ministre Fleur Pellerin, on se dit qu’il existe vraiment plusieurs planètes : celle des entrepreneurs et de ceux qui veulent agir, et celle de la finance. Ces deux mondes ne font pas partie du même « système solaire ». Mais ce pays n’en est plus à une contradiction près.

Comme on le sait, les banques ne répondent jamais par écrit, se contentant la plupart du temps d’un simple appel téléphonique ou d’une lettre-type de deux phrases. Bonjour le déni… et surtout la prise de risque (minimum).

Manquant de considération et de vision, la Banque Populaire a donc coupé tous les découverts autorisés et tous moyens de paiements à Écobole, cette dernière ne peut plus, pour l’instant, se développer et va peut-être devoir déposer le bilan.

Soulignons que la Banque Populaire nous coupe tout moyen de crédit, en plein développement, alors qu’elle avait accepté de nous aider dès le début, puisqu’elle nous avait même ouvert un crédit pour ce projet dont elle connaissait la teneur et pour lequel elle nous suivait depuis décembre. Mais peut-être les banquiers n’ont-ils pas la curiosité de comprendre comment fonctionne une startup Web ?

Par la suite, j’ai contacté une autre banque et suis entré en tractation avec le Crédit Coopératif de Toulouse le 13 mars. Je pensais qu’ils seraient plus ouverts à ce type de projet dont ils semblent proches (l’environnement, le durable) ; j’étais prêt à en faire un partenaire crédible.

L’agence toulousaine a trouvé notre projet de startup intéressant, lequel convenait en effet à leur orientation. Ces derniers étaient prêts à accepter la solution de paiement Internet afin de récupérer les dons collectés et les séquestrer. J’avais même rempli un document pour ouvrir le service.
Mais la veille du lancement de www.ecobole.fr , le Crédit Coopératif revenait, lui aussi par téléphone, sur sa parole, sans vraiment d’explication. L’agence toulousaine, au moment de mettre en place le processus, avaient semble-t-il reçu un retour de plus haut, de Paris.

Voici la réponse de la part du Crédit Coopératif, qui avait pourtant toutes les données et avait accepté le principe : « Nous ne sommes pas en mesure techniquement et juridiquement de répondre à votre problématique et à votre modèle économique de Crowdfunding. » 

Mais alors, qui est coopératif ?

Accompagner les porteurs de projets, n’est-ce pas le travail d’une banque ? Ah mais non, c’est vrai, c’est tellement plus facile d’ajouter des agios et des frais divers à son client et surtout de lui maintenir la tête sous l’eau en plein développement alors qu’on se démène, nuit et jour, à travailler sur un projet qui a du sens.

On sait depuis longtemps qu’en France, on n’aime pas les entrepreneurs, question de culture, mais à ce point d’incompréhension, d’aveuglement et de mépris, cela devient inquiétant pour l’avenir dans un contexte où les enjeux sont devenus mondiaux depuis un bout de temps. Pas étonnant que beaucoup partent à l’étranger…

Écobole est née pour aider à créer des projets écologiques, plus que nécessaires à la santé et à la planète aujourd’hui. Ces projets reposent sur un esprit de solidarité.

N’est-ce pas une bonne raison de croire dans le financement participatif ? Cela prouve son importance et le fait qu’il a aujourd’hui toute sa place pour vraiment aider nos entrepreneurs. Nous, citoyens, pouvons changer la donne.

Mais, nous savons aussi que les bonnes idées, celles qui changent les habitudes, ont toujours du mal à s’imposer et à se développer.
Cet article du magazine Wired paru hier termine son propos en disant « The real disruption and impact of crowdfunding won’t be understood for a decade or more. We’re only at the beginning. But it’s no longer an indie experiment, either. »
Traduction : « Le vrai changement et l’impact du crowdfunding ne seront pas compris avant une décennie ou plus. Nous en sommes seulement au début. Mais ce n’est plus une expérimentation d’indépendants pour autant. »

Oui, les visionnaires prennent des risques, et heureusement pour le développement de nos sociétés. Mais les banques qui ne voient qu’à court terme, c’est-à-dire l’argent pour l’argent en se fichant de leur prochain, ne peuvent pas le comprendre…

Nous ne baisserons pas les bras.
Si vous, vous avez compris que le monde change, vous pouvez faire un geste héroïque, même de 5 € pour promouvoir Écobole et permettre à de beaux projets verts de naître, car c’est les petites rivières qui font les grands fleuves. D’avance, je vous remercie tous de votre générosité et de votre engagement.

https://www.ecobole.fr/projets/275-ecobole-financement-participatif-ecologique-et-solidaire.html

Emmanuel Boullier, Fondateur d’écobole.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *