Dassault: petit conflit d’intérêt, non ?…

Le contribuable français, seul pourvoyeur de la fortune de Dassault.

Dassault                                                                                                               Serge Dassault dans ses « œuvres ».

 

…Et de ses sacs en plastique pleins de liquide. Le Rafale est un fleuron de notre industrie aéronautique de défense. On l’a annoncé vendu dans le monde entier : 126 à l’Inde : 22 à la Suisse, 36 au Brésil: 124 aux états du golfe, 18 à la Malaisie et 24 au Qatar. Vendus : 0 ! Trop sophistiqué, trop performant, trop formidable, disent ses défenseurs. Mais, surtout, trop cher. Pourquoi ? Parce que le personnel de Dassault Aviation est en moyenne payé 40% plus cher que celui de ses concurrents.

    Mais aussi, parce que les actionnaires de Dassault, à commencer par la famille de son fondateur, exigent des dividendes disproportionnés avec ses performances économiques. Et, enfin, parce que Dassault est un un grand financier, y compris en liquide, de la vie politique française et un gros fournisseur de postes en tous genres pour nos partis politiques. Tout cela renchérit tellement son prix.

C’est pourquoi, l’État vient de lui acheter six nouveaux Rafale.

Un article d’un blog-notes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *