La médecine africaine : une efficacité étonnante

Le parcours d’une pionnière
Pr Yvette Pares
col-sante.gif

[photopress:medecine_africaine.jpg,thumb,alignleft]Yvette Parès arrive à Dakar en 1960. Chercheur en biologie et médecin, elle parvient la première à cultiver le bacille de la lèpre. Cependant les résultats obtenus auprès des malades la déçoivent.
Sa rencontre avec un grand maître guérisseur Peul, Dadi Diallo, change profondément son regard sur la médecine occidentale. Elle découvre la puissance thérapeutique des plantes africaines : récolte, préparation, prescription. La différence est fulgurante : d’un côté une médecine occidentale qui engendre beaucoup de méfaits (germes résistants, maladies infectieuses plus coriaces, maladies nosocomiales …) et de l’autre, une utilisation efficace des plantes africaines, une parfaite structuration des traitements, et des résultats concrets !
La création de l’Hôpital Traditionnel de Keur Massar réhabilite la médecine traditionnelle africaine. C’est cette fabuleuse aventure humaine qui nous est racontée. Et après 20 ans d’activité, un bilan apparaît : des résultats remarquables des traitements antilépreux ; prévention de la lèpre infantile, de différentes maladies infectieuses bactériennes, la tuberculose ; et aussi l’essor de la pharmacopée traditionnelle, la création d’associations de tradipraticiens …
« Notre souhait le plus profond est que ce témoignage porté sur la médecine traditionnelle africaine suscite de nouvelles conceptions et réalisations pour la santé du monde en mobilisant les savoirs, les intelligences et les cœurs dans un vaste mouvement planétaire. Ne serait-ce pas la meilleure des mondialisations ?».
Une expérience exceptionnelle qui ouvre de nombreux espoirs.
Yvette Parès a été professeur à l’Université de Dakar pendant 32 ans. Elle dirige l’Hôpital Traditionnel de Keur Massar depuis 1980.
Collection Santé
ISBN 2 913492 28 2
13,50 euros
>>> Commander ce livre

Pas de réponses

  1. Bonjour,
    Article très intéressant. Suite à mon voyage en Afrique du Sud et au Swaziland, j'ai pu voir l'engouement des populations quant à l'utilisation du fruit du Marula dans la médecine traditionnelle. Ce fruit est largement utilisé là bas, et même les feuilles de ses fruits aident à la cicatrisation des blessures.
    Aujourd'hui, l'huile de ce fruit est largement utilisé dans les soins de bien-être et participe au développement économique des régions pauvres du Swaziland.
    Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à jeter un oeuil: http://www.marula-secrets.fr
    A bientôt,
    Sandrine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.