La société civile : le 3e pouvoir

Changer la face de la mondialisation
Nicanor Perlas
Préface de Bernard Ginisty
col-societe.gif

[photopress:societe_civile.jpg,thumb,alignleft]Dans notre monde dominé par les pouvoirs économiques et politiques, un troisième pouvoir est en train de s’affirmer et de contrebalancer les deux premiers : celui de la société civile. C’est cette composante de l’organisme social qui trouve sa raison d’être dans la culture, au sens très large que lui donne l’auteur, et qui englobe les notions de « spirituel, humain, social, culturel et écologique ».
Si la société civile devient capable d’affirmer son identité et de s’organiser, les sphères de l’économie et de la politique seront progressivement contraintes de prendre en compte les valeurs qu’elle exprimera, dans une démarche de respect mutuel, et l’on s’acheminera, via une triarticulation sociale, vers une autre mondialisation, véritablement au service de tous. C’est un défi formidable !
Ce livre est le fruit de plusieurs décennies d’un travail intense sur le terrain, où l’auteur a forgé ses concepts au fil de son action sur le plan local, national et international. Loin de dicter le chemin, ce livre est un outil de compréhension du processus mondial en cours. Car tout reste encore à inventer…
Nicanor Perlas, fondateur du CADI (Centre d’étude, de recherche et d’initiative pour un développement durable), administrateur local d’une banque de développement pour les pauvres, acteur de la mise en place d’un Agenda 21 aux Philippines, fondateur en 2002 du Réseau mondial pour la triarticulation sociale, GlobeNet3. Il a reçu le prix des Nations Unies « Programme Global 500 pour une Agriculture Durable ».
Coll. Société civile
ISBN 2 913492 21 5
22 €
>>> Commander ce livre

Pas de réponses

  1. jean marie nogues dit :

    Voilà peut-être avec ce livre et celui de l'étude sociologique française sur l'émergence des créatifs culturels, des réponses supplémentaires à des moyens de nouer et relier des actions sociales vers "une nouvelle face de la mondialisation". Cette face "cachée"
    -car peu influente pour l'instant-mais qui peut trouver écho par nos développements personnels, nos consciences individuelles vers une conscience planétaire. Et si demain c'était maintenant ?

  2. Webmestre AM dit :

    Oui, la Société doit changer, et comment ? En s’organisant ! Bon, mais comment faire ? On est trop divisés et on ne sait pas comment s’organiser sur un front uni, genre Front Populaire (comme en 1936)…
    la prise en compte de tous les médias de masse, radios et télés locales, puis nationales, car à force, ça viendra un fait de société si on sait se faire entendre !

  3. Xavier Gillet dit :

    Sans vouloir faire de procès d'intention à l'auteur, je trouve tout de même dangereux de voir la "société civile" comme plus porteuse d'espoir que les autres formes de pouvoir.
    Comme tout groupe humain la société civile est composée de personnes honorables … et d'autres qui le sont moins. La société civile a aussi ses prédateurs de la société.
    Ceux qui parviennent à des positions élevées dans ce milieu sont de politiciens tout aussi habiles que dans le monde des partis, et ne sont pas toujours légitimés par des élections plus transparentes.
    Les modes de financements de la société civile la rendent facilement instrumentalisée par les agences de développement des différents états partenaires, les fondations aux ressources douteuses ou très politiques.
    En souhaitant les meilleures chances à
    Nicanor Perlas aux Philipines pour les élections à venir.

  1. 23 décembre 2009

    […] La société civile: le 3e pouvoir ,et plus récemment: […]

  2. 14 janvier 2010

    […] Le blog des éditions Yves Michel – article : Nicanor Perlas empêché de se présenter aux élections présidentielles aux Philippines : La société civile : le 3e pouvoir […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.