L'industrie nucléaire induit une société centralisée, policière… et même injuste !

Espionnage de Stéphane Lhomme par EDF, les RG et une société privée suisse :

4 ANS d’inaction délibérée du Parquet de Bordeaux

Note: depuis quarante ans que je lutte contre l’industrie nucléaire, je constate la pérennité du modèle français = le centralisme à outrance, aucune concertation des citoyens, et au contraire, répression, harcèlement, déni de démocratie, injustice… Et ça continue: lisez ci-dessous… Quand il n’y a plus de justice, notre société n’est pas loin d’éclater, cf. la révolution française en 1789, sauf que de nos jours l’Etat est très policé. YM.

Insécurité nucléaire (L’)Stéphane Lhomme https://edf.espionnage.free.fr        Communiqué du 18 décembre 2014 Dans 2 jours, le 20 décembre 2014, cela fera exactement 4 ANS que j’ai été entendu par les gendarmes suite à la plainte avec constitution de partie civile que j’ai déposée après avoir appris, dans la presse, que j’étais espionné par EDF, le RG (aujourd’hui DCRI) et une entreprise privée suisse nommée Securewyse.

Depuis 4 ANS, le Parquet de Bordeaux fait le mort dans le but évident d’enterrer l’affaire (*). Malgré des données convergentes, et accablantes pour EDF, le Parquet de Bordeaux semble s’être bien gardé de mener la moindre investigation… à moins qu’il ne souhaite attendre encore des années pour les révéler ?
Il est en réalité  légitime de penser que le Parquet de Bordeaux bafoue délibérément ses propres missions dans le but de protéger les intérêts d’EDF et des services d’espionnage, au détriment de la vérité et du droit des citoyens à ce que justice soit rendue.
Rappels : Vidéo France3 Canard enchaînéLe Point : “EDF, le pirate et les officines” .
Menée à la fois par les services de l’État (Renseignements généraux), une multinationale de l’énergie (EDF) et au moins une société privée (Securewyse), cette opération d’espionnage causerait de toute évidence des remous si la vérité était mise au jour.

En effet, comment justifier qu’une société de production d’électricité co-organise avec les Renseignements généraux l’espionnage d’un citoyen ?  Qu’une société privée d’espionnage soit mobilisée et fournisse à EDF et aux RG des renseignements sur la personne espionnée ?
Il est aussi à noter que l’article du Point (“EDF, le pirate et les officines“)  évoque l’infiltration de l’association Sortir du nucléaire dont j’étais porte-parole à l’époque… et dont j’ai été subitement évincé peu de temps après : comment ne pas penser que les deux affaires sont liées ? Pourquoi le Parquet de Bordeaux se garde-t-il de faire son travail ?
Stéphane Lhomme  https://edf.espionnage.free.fr
(*) Pour mémoire, le Parquet de Bordeaux a déjà réussi à sauver la mise de la centrale nucléaire du Blayais qui a fonctionné pendant plusieurs mois sans aucune autorisation administrative lors de l’été 2003 : la plainte n’a jamais été instruite malgré de nombreuses manifestations de l’association Tchernoblaye pendant des années. C’est au contraire Stéphane Lhomme qui est ressorti de cette affaire… avec deux mois de prison (avec sursis) ! Rappels : https://tchernoblaye.free.fr/arretes2.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.