Quelles sont les multinationales derrière les principales marques bio françaises ?

Je vous invite à découvrir l’arrière plan capitalistique des principales marques bio françaises, tel que décrit par Dominique GUILLET, fondateur et animateur de l’association Kokopelli.
C’est un autre débat que celui de la qualité des aliments; il est utile de savoir qui est aux manettes, par exemple qui verse des millions de Dollars pour lutter contre l’étiquetage des produits OGM en Californie. Cet arrière-plan est la plupart du temps très opaque, et je salue le travail  d’investigation de Dominique GUILLET.
Je fais un parallèle avec le monde de l’édition, cf l’étude publiée par Livre-Hebdo (et disponible contre 15€): ici aussi, la concentration par voie de rachats nombreux est immense et discrète: voyez les “marques” détenues par Hachette; même si les éditeurs concernés prétendent pouvoir mener leur ligne éditoriale comme ils veulent, tout cela n’est pas anodin, sinon, les fabricants d’armes ne seraient pas aussi présents dans l’édition de livres et de médias, si ?
Et je me permets de rappeler que mes éditions (Yves MICHEL et Le Souffle d’Or) sont indépendantes à tous points de vue, dont celui de son capital: une seule Sarl qui compte 48 actionnaires, dont une douzaine d’auteurs, des salariés et moi-même qui en détient 47%. Comme le disait ce matin une agent littéraire: “Etre un éditeur indépendant de nos jours, c’est un luxe !” C’est en tous cas un choix qui mérite le très fort engagement de son éditeur, de ses salariés, de ses auteurs… et de vous, lectrices et lecteurs qui nous faites confiance, plutôt que d’acheter sur les grandes plateformes internet ! Soyez conscients de la valeur de votre choix !… Yves MICHEL.
Bon, voici les deux parties de l’enquête de Kokopelli:
La bio piratée 1
La bio  piratée 2

Pas de réponses

  1. 26 décembre 2014

    […] Je vous invite à découvrir l’arrière plan capitalistique des principales marques bio françaises, tel que décrit par Dominique GUILLET, fondateur et animateur de l’association Kokopelli.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.