Un énorme scandale sanitaire au sujet de l’obligation des 11 vaccins pour nourrissons

Notre santé nous appartient ! Pas aux labos pharmaceutiques ! L’obligation vaccinale des nourrissons par la ministre de la santé Agnès Buzin viole cette liberté, et relève d’un conflit d’intérêt flagrant…

Deux collectifs déposent une plainte au pénal; je l’ai étudiée attentivement et je suis effaré du manque de fondement scientifique et sanitaire de cette nouvelle obligation vaccinale, mais aussi du déni de démocratie et des conflits d’intérêts à plusieurs niveaux dans cette affaire… Or elle concerne la santé des environ 800 000 bébés qui naissent chaque année en France, la liberté sur notre santé, et les finances publiques, donc nos impôts. Je soutiens cette action.

Lisez bien le contenu de la plainte à Plainte Obligation 11 vaccins.  Y.M.

Un premier acte de résistance contre les 11 vaccins obligatoires : une plainte pénale !

 Après deux semaines de recherches et d’analyses d’une importante compilation d’informations, l’équipe de juristes dirigée par Maître Serge Lewisch du barreau de Paris (lewisch@orange.fr) 132, bd du Montparnasse 75014 Paris France, et de spécialistes des questions de santé nous propose de déposer près du Procureur de la République de Paris une plainte contre X pour les infractions ou tentatives d’infractions suivantes :

. emploi ou administration de substances de nature à entraîner la mort, empoisonnement

article 221-5 du Code Pénal

. administration de substances nuisibles ayant porté atteinte à l’intégrité physique ou psychique

article 222-15 du Code Pénal

. violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité

article 221-6 du Code Pénal

. exposition d’autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité

article 223-1 du Code Pénal

. expérimentation sur la personne humaine sans avoir recueilli le consentement libre et éclairé des titulaires de l’autorité parentale

article 223-8 du Code Pénal

. abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse d’un mineur pour conduire ce mineur à un acte qui lui est gravement préjudiciable.

article 223-15-2  du Code Pénal

. violation du principe d’indépendance des experts

. conflit d’intérêt par une personne dépositaire de l’autorité publique

article 432-12 et 432-13 du Code Pénal

. trafic d’influence : article 433-2  du Code Pénal

. non obstacle à la commission d’une infraction et non-assistance à personne en danger

article 223-6 al. 1 et 2 du Code Pénal

. tentative de ces infractions :          article 121-5 du Code Pénal

 Nous demandons à toutes celles et à tous ceux qui sont concernés par le sort des 800 000 bébés qui naissent tous les ans, que vous soyez ou non parents ou grand-parents, de nous rejoindre après avoir lu avec attention la plainte pénale ci jointe.

De nombreux futurs parents sont angoissés : « serait-ce dangereux pour mon enfant de ne pas le vacciner » ?   A ce sujet, comme il est démontré dans la plainte pénale, la propagande qui nous assène que « les vaccins c’est bon pour les nourrissons » (afin de nous rendre dociles face à l’obligation d’injecter dans le corps de bébés les substances nuisibles contenues dans ces 11 vaccins), est scientifiquement infondée.

D’ailleurs le gouvernement français est l’un des seuls dans le monde et en Europe de l’Ouest qui veuille imposer un nombre aussi grand de vaccins !

A l’heure actuelle, si aucune action n’est entreprise, les futurs parents vont devoir inoculer à leur nourrisson de six semaines des produits hautement toxiques qui mettront en danger sa santé et même sa vie.

De nombreux procès en responsabilité sont à prévoir devant les juridictions civiles, comme dans les affaires de l’amiante ou du médiator, mais on sait qu’ils peuvent durer de très nombreuses années et que les laboratoires ne les craignent pas, compte tenu des milliards d’euros qu’ils attendent de la commercialisation de ces vaccins.

Naturellement, si vous êtes de futurs parents qui en 2018 devrons inoculer à leur nourrisson de six semaines 11 vaccins, merci de nous le préciser.

N’attendons pas de constater la catastrophe qui s’annonce !

La seule solution pouvant être rapidement efficace est aujourd’hui une plainte pénale.

 Pour résister avec nous, il vous suffit de :

  1. De télécharger, de lire la plainte pénale avec attention Cliquez ici pour la plainte pénale;
  2. D’imprimer et de signer la dernière page de la plainte pénale ;
  3. De télécharger et d’imprimer et de le remplir (renseignements sur l’état civil, etc.) :Cliquez ici pour le formulaire ;
  4. De faire une copie de votre pièce d’identité ;
  5. De numériser ses trois documents ;
  6. De nous les renvoyer par email à l’adresse suivante :  plaintepenalevaccins@gcpww.org

Bien à vous et très amicalement.

Sophie Guillot, porte-parole du collectif « Ensemble pour une Vaccination Libre » contact@epvl.eu

Pierre Lefevre, porte-parole du collectif « Libre consentement éclairé » lefevre@gcpww.org

 

 

Vous aimerez aussi...

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *