Interdiction des pesticides près des habitations: loi en débat

Appel à action pour obtenir l’interdiction des pesticides autour des maisons et écoles. Urgent. Écrivez à votre député !

Cher(e)s ami(e)s. Nous avons besoin de votre aide. Vite.
Dans le cadre de l’examen de la loi d’Avenir pour l’Agriculture et la Forêt (LAAF) nous avons une opportunité unique : celle de voir enfin adoptées des distances de sécurité sans pulvérisation de pesticides autour des écoles voir même des zones habitées. En effet le Sénat vient d’adopter dans l’examen de la LAAF un amendement visant à autoriser le Ministre de l’Agriculture à mettre en place des Zones non Traitées le long des zones d’habitation (article 23, 4° alinéa du texte de la LAAF adopté au Sénat). Dans le même temps la Ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, demande, elle, la création d’une bande sans traitements pesticides de 200 m autour des écoles.
C’est pourquoi nous avons lancé une pétition demandant aux députés de soutenir la position du Sénat sur la LAAF en gardant les dispositions de l’article 23, 4° alinéa de la LAAF, permettant au Ministre de l’Agriculture de mettre en place des Zones non Traitées le long des lieux d’habitation. Cette pétition à en 2 jours recueillis plus de 82 000 signatures ! Cela montre l’attente des françaises et des français dans ce domaine ! Mais, en ce moment même, la FNSEA exerce une pression énorme sur le gouvernement pour qu’il fasse sauter cette disposition de la LAAF lors de son examen à l’Assemblée Nationale !
Il est donc indispensable que les citoyennes et les citoyens qui veulent que la santé publique prévale dans cette affaire fassent entendre leur voix, sinon le gouvernement va céder au lobby de l’agriculture intensive (les dernières déclarations du Ministre de l’Agriculture montrent que ce dernier est sensible aux pressions du lobby ! )
Merci de signer cette pétition et de demander à tous vos amis et connaissances de la signer et de la transmettre à leurs amis à leur tour ! Avec une pétition de plus de 100 000 ou même 200 000 signataires nous avons une chance unique d’emporter la décision et de faire progresser la protection des populations vis-à-vis des pesticides dans les jours qui viennent (la loi sera votée les 7 et 8 juillet prochains). Ne la gâchons pas. Nous pouvons obtenir une victoire, grâce à vous ! D’avance merci !
François Veillerette, porte-parole de Générations Futures
Pour signer la pétition c’est ici!
A noter que cette pétition est soutenue par (la liste des personnalités sera régulièrement mise à jour sur le site de Générations Futures
• François Veillerette, Porte-parole de Générations Futures
• Marc Dufumier, ingénieur agronome
• Marie-Monique Robin, réalisatrice, écrivain
• Dominique Marion, administrateur de la Fédérations Nationale de l’Agriculture Biologique
• Pierre-Michel Perrinaud, médecin à l’initiative de l’Appel des médecins
• Fabrice Nicolino, journaliste
• Karima Delli, Députée européenne EELV
• Annie-Thébaud Mony, directrice de recherche honoraire à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)
• Claude Jourdren, Vice-président national de Bio Consom’acteurs Président de Bio Consom’acteurs Ile-de-France
Lire la tribune sur le HUFFINGTONPOST.fr

Vous aimerez aussi...

Pas de réponses

  1. top bio dit :

    Suite à la décision de la Commission mixte, le texte de la loi d'Avenir pour l'Agriculture qui sera votée le 11 septembre 2014 n'apporte plus rien aux riverains de champs traités.
    Il est urgent d'envoyer un mail ou une lettre à son député, pour qu'un amendement imposant des ZONES NON TRAITEES près des habitations soit ajouté au texte.
    Le rapport du Sénat du 10 octobre 2012 indique page 238 que les riverains présents à proximité du traitement devront porter des équipements de protection (gants, lunettes, masques, bottes, combinaison, etc.). C’est inacceptable !

  2. top bio dit :

    Monsieur le Député.
    Après la modification apportée par la Commission Mixte Paritaire, la loi d'Avenir pour l'Agriculture n'apporte plus rien aux riverains de champs traités.
    Les enfants seront protégés à l'école (les traitements réalisés sur le champ voisin seront contrôlés par les autorités), mais ils ne le seront pas quand ils seront chez eux.
    Les riverains de champs traités vont donc continuer à subir des agressions chimiques, sans que les autorités interviennent.
    Le rapport du Sénat du 10 octobre 2012 indique pages 238 et 239:
    "Par ailleurs, les personnes éventuellement présentes à proximité
    lors du traitement (champs voisins ou riverains par exemple) et les
    travailleurs intervenant après le traitement des plantes – malgré les
    contraintes liées au délai de réentrée –, sont également susceptibles d’être
    exposées aux produits et doivent en conséquence porter des équipements
    de protection (gants, lunettes, masques, bottes, combinaison, etc.)."
    Cette recommandation est importante et devrait être affichée en mairie. Pour nous, riverains, elle est irréalisable.
    Nous souhaitons que le 11 septembre prochain les députés ajoutent un amendement au projet de loi LAAF permettant la création de ZONES NON TRAITEES près des zones habitées. Cette recommandation deviendrait alors inutile.
    Par avance nous vous en remercions.
    Recevez, Monsieur le Député, l'expression de notre gratitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *