La France: 1er pays des cancers hormonodépendants…

Le Réseau Environnement Santé a tenu ce jour une conférence de presse :

« POURQUOI LA FRANCE EST-ELLE DEVENUE LE 1ER PAYS AU MONDE POUR L’INCIDENCE DES CANCERS HORMONO-DEPENDANTS (SEIN + PROSTATE) ET DES CANCERS MASCULINS ET POURQUOI PERSONNE N’EN PARLE ? »

LA SANTÉ ENVIRONNEMENTALE EST LA RÉPONSE A LA CRISE SANITAIRE

Retrouvez toutes les informations sur cette conférence dans le dossier de presse ci-joint.
Aujourd’hui, 2 décès sur 3 dans le monde sont le fait des maladies chroniques (maladies cardio-vasculaires ou respiratoires, cancers, diabète…). En France, ces maladies progressent 4 à 5 fois plus vite que le changement démographique. Le cancer touche 1 homme sur 2 et 2 femmes sur 5. Les surcoûts générés (de l’ordre de 400 milliards € en 15 ans) font imploser le système de santé.

FAIRE FACE A L’ÉPIDÉMIE MONDIALE DE MALADIES CHRONIQUES : UN PROBLÈME DE SANTÉ ENVIRONNEMENTALE

La croissance des maladies chroniques ne peut s’expliquer par les seuls facteurs classiques du vieillissement, du dépistage et du mode de vie : notre environnement est en cause. Mais la réalité de cette crise sanitaire est encore largement niée.
Un exemple frappant du déni :
La France est aujourd’hui, selon les données du Centre International de Recherche contre le Cancer, le premier pays au monde pour l’incidence des cancers hormono-dépendants (sein et prostate) et des cancers masculins. [1]
Cela lui donne une responsabilité particulière pour mener une politique de lutte contre le cancer et plus largement contre les maladies chroniques.
Mais :
• Le plan Cancer n’en parle pas et les Perturbateurs Endocriniens, principale hypothèse explicative, ne sont mentionnés que marginalement.
Les 2 et 3 octobre prochains aura lieu la 3ème conférence environnementale. Madame la Ministre, Ségolène Royal a annoncé la réintégration de la santé environnementale dans le programme de la conférence. Cette conférence officialise le fait que la question santé fait bien partie de la transition écologique.
De plus, à l’occasion de la Conférence New York + 3 [2] les 10 et 11 juillet 2014, la France doit s’affirmer comme le pays leader dans la lutte contre l’épidémie de maladies chroniques.
Le RES demande que :
• les acteurs de la santé environnementale soient réintroduits dans le Conseil National de la Transition Écologique
• le thème central de la conférence 2014 soit « Santé environnementale et crise sanitaire »
[1].https://globocan.iarc.fr/Default.aspx
[2]. L’Assemblée générale des Nations Unies convoquera une réunion de haut niveau sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles le 10 et 11 juillet 2014 à New York : https://www.who.int/nmh/events/2014/high-level-unga/en/
Contacts presse :
André Cicolella, Président et porte-parole du RES, 06 35 57 16 82
RÉSEAU ENVIRONNEMENT SANTE
148 rue faubourg Saint-Denis 75010 Paris
https://www.reseau-environnement-sante.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.