La lutte pour l'accouchement à domicile s'organise: participez !

 Chères toutes et tous, la question de l’assurance des sages-femmes pratiquant l’accouchement à domicile planait dans l’air depuis 10 ans, mais tout à coup, l’Ordre des sages-femmes exige cette assurance, qui peut coûter entre 20 et 25 000€ / an: hors d’atteinte pour les sages-femmes !
Or il s’agit d’une liberté fondamentale, laquelle est exercée dans les pays voisins, comme les Pays Bas. Il est donc important qu’on se manifeste en masse: je vous ai sélectionné pour cela quelques courriers et sites référents en la matière, et je vous encourage vivement à agir ! Y.M.
De la part de l‘Association Nationale des Sages-femmes libérales (ANSFL):
Page d'accueilChers collègues, depuis la réception d’un courrier de leur conseil de l’ordre départemental, les sages-femmes pratiquant des accouchements à domicile sont sur la sellette.
Le silence tacite autour de la question de l’assurance n’est plus de mise et les praticiennes se sentent menacées dans leur exercice, certaines au point d’envisager d’y renoncer.
L’ANSFL déplore que cette situation, qui perdure depuis l’année 2000, soit évoquée sous la forme d’un courrier ressenti comme une menace.

Depuis 13 ans, nous avons tenté, sans succès, de nombreuses démarches pour trouver une solution et les pouvoirs publics ne se sont jamais émus de l’impasse dans laquelle se trouvaient les sages-femmes accompagnant des naissances à domicile.

Nous travaillons toujours sur ce dossier:
– nous avons rendez-vous avec le Conseil National de l’Ordre des SAges-femmes (CNOSF) le 8 octobre prochain.
– nous avons demandé un rendez-vous auprès de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, demande restée sans réponse. Cette demande va donc être renouvelée sous forme d’une lettre ouverte.
– nous poursuivons nos recherches juridiques afin de de construire une stratégie de défense.
Nous vous tiendrons bien évidemment informés au fur et à mesure de nos avancées.
Nous aimerions pouvoir fédérer l’ensemble des sages-femmes accompagnant les naissances à domicile ; ce courrier peut et doit donc être largement relayé afin que chaque sage-femme concernée puisse nous communiquer ses coordonnées. (contact@ansfl.org)
Chers collègues, soyez assurés du soutien et de l’engagement de l’ANSFL à vos côtés
Le CA de l’ANSFL
—————————————-
Autre initiative, sur Facebook:
VOTRE ATTENTION, MESSAGE IMPORTANT : La lettre aux députés est finalisée, voici sa version DEFINITIVE :
> Les circonscriptions :
> Chaque député représentant une circonscription doit recevoir mail+courrier. Lorsqu’il y a plusieurs volontaires pour 1 département, contactez vous en messagerie privée pour vous partager les circonscriptions :
> https://www.facebook.com/groups/413225165455641/doc/414055788705912/
> Quand ce sera fait, laissez un commentaire court sous cette publication : par exemple, “50 = fait”.
> Et bien sûr, il est encore possible de s’inscrire pour les départements “vides”.
> Pour toute question, vous pouvez me contacter par messagerie :  Sandra Guillon
> Merci à toutes et à tous !LETTRE OUVERTE CORRIGEE D N
————————————–

Professionnelles, découvrez le site d’un syndicat très impliqué: https://www.unssf.org/

Et pour les futurs parents, découvrez aussi ce site “Projet de naissance“, très riche.

Pas de réponses

  1. Blandine dit :

    bonjour !
    Les parents aussi s'organisent !
    Outre la lettre aux députés, il y a la pétition : https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/d%C3%A9f… (qui dépasse les 13.000 signatures)
    cette petite vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=dw_m1cSfSAg
    et un groupe de près de 1500 personnes : https://www.facebook.com/groups/413225165455641/
    qui s'organisent afin de lutter AVEC LES SF pour la sauvegarde de l'aad.
    NOS SAGES FEMMES ASSURENT, ASSUREZ LES !!!

  2. delphine dit :

    et oui, il y a un mois je présentai avec mon amie Amandine, les rencontres autour de la périnatalité à Orléans. Libre choix de naissance, statut des sages-femmes ici et ailleurs…3 éme éditions de ces Rencontres en 3 ans et les choses empirent alors qu' en 2011 nous avions reçu le label ministeriel: 2011 année des patients et de leurs droits. Quels droits ???? celui de parler de ceux qui nous sont arrachés !
    Un appel à tous: organisons des soirées, des w-end, de démocratie participative et sanitaire en invitant les soignants locaux pour échanger d'humain à humain !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.