La mondialisation montre ses faiblesses… Remettons en question ce modèle

La crise de santé mondiale actuelle montre les limites dangereuses du système néolibéral qui mène sa tyrannie sur la planète entière.

C’est l’occasion de changer de modèle.

Nous n’avons pas attendu pour publier plusieurs titres sur ce sujet; je veux mettre en lumière ce matin VERS UNE ECO-INDUSTRIE LOCALE, par Luc Dando.

Vers une éco-industrie locale 

Pour une réappropriation citoyenne de technologies durables

L’industrie nationale se désagrège et part à l’étranger. Est-ce une fatalité ?

Luc DANDO propose un plan audacieux de relocalisation de l’industrie (de taille moyenne), en utilisant des technologies durables. Il consiste à la mise en place d’un réseau de ces petites structures de production le plus localisées possible pour fabriquer des produits vraiment utiles aux consommateurs en plus d’être réparables. Ces entreprises auront pour but une économie locale stable à laquelle les clients participent en achetant dans ce réseau.

Une initiative concrète consistant à :

• Mettre en place des réseaux de petites structures de production, le plus localisées possible

• Fabriquer des produits vraiment utiles aux consommateurs, réparables,

• Selon un principe de production coopérative et distribuée en réseau, ces structures auront pour objectifs de produire en maintenant une économie locale stable et non croissante.

• En achetant dans ce réseau, les clients prendront conscience qu’ils alimentent une économie mutualiste de proximité dont ils peuvent directement bénéficier. Le consommateur mesurera ainsi sa responsabilité et sa possibilité d’action.

• Les unités de productions sont de petite et moyenne tailles, organisées en cellules flexibles, avec des modes de production discontinus ou par projet.

• Toutes les énergies sont mutualisées et le travail est adapté au mode intermittent des énergies renouvelables.

• Les machines (standard) sont produites en local, avec des composants ordinaires, des fonctions simples et aisément réparables, des outils polyvalents et des modules standards.

• Les produits sont conçus de façon fiable et réparable, en organisant la traçabilité des matériaux pour faciliter le recyclage, sur base d’un cahier des charges privilégiant les licences libres

• Les structures de production doivent être adaptées sur les plans administratif, comptable et juridique et adopter un mode de gouvernance plus coopératif, participatif et égalitaire.

• La relation avec les clients est une relation d’implication, de contribution, de consom’action, avec une redistribution de la marge entre les différents acteurs de la chaîne de distribution

• La résilience (technique et économique) est recherchée à tout moment, car la démarche Technologie Durable s’inscrit dans un contexte capitaliste libéral impitoyable, aux retournements dévastateurs

L’auteur : Luc DANDO est ingénieur. Après 25 années d’expérience dans la conception des machines de production et des procédés, il travaille plus particulièrement depuis 2007 dans la recherche pour les énergies renouvelables : technologies Stirling, Ericsson et solaire concentré, en partenariat avec des laboratoires universitaires. Il exerce également une activité de conseil en ingénierie de production. 

 

9 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *