Le Conseil de l’ordre des médecins attaque l’anthroposophie en radiant deux médecins

Médecines non conventionnelles: Le Conseil de l’ordre attaque l’anthroposophie en radiant deux médecins

par Jean-Luc Martin-Lagardette, sur le site OUVERTURES
Note d’Yves MICHEL: l’attitude des pouvoirs publics, représentés tant par l’Ordre des Médecins, que par la Miviludes (dont le président fut cofondateur du lobby Momagri, etc.)  vis à vis des médecines non conventionnelles pose un réel problème de libertés civiques. En effet, cette attitude semble à l’évidence déterminée non pas des considérations scientifiques et de santé publique, mais par des intérêts commerciaux d’une part (les lobbies pharmacologiques en France sont hyper-puissants) et par un orgueil gaulois selon lequel tout ce qui a été inventé en France est bon: nous sommes passés d’une attitude scientifique où les faits sont censés prévaloir, à un dogme quasi-religieux, avec ses hérétiques à persécuter.
Or, force est de constater que la situation est fort différente dans les pays voisins, et qu’il y a en France une forte contestation du dogme vaccinal. Heureusement, les citoyens commencent à remettre en cause ce totalitarisme, comme l’a montré la réaction à la campagne de vaccination contre la grippe A. Mais le système en place continue de persécuter nombre de praticiens, médecins ou non, dès lors qu’ils sortent du cadre académique complètement sclérosé et aux ordres des lobbies; il suffit de découvrir les positions de l’Académie de médecine pour s’en convaincre. Un nouvel exemple ici; j’atteste que j’ai connu personnellement le Dr. Ruhlmann dans les années  1970. Bonne lecture et réagissez auprès de vos élus et vos concitoyens !
Radiés par le Conseil de l’ordre des médecins de Paris pour “charlatanisme”, deux médecins anthroposophes ont fait appel. L´audience d´appel devant le Conseil national de l’ordre aura lieu le 6 septembre 2012 à 10h45 au 180 bd Haussmann à Paris (audience publique).
Extrait d´une des deux lettres de “signalement” adressées par un particulier au Conseil de l´ordre des médecins de Paris.
La campagne de lutte contre les médecines complémentaires, menée par l’Ordre sanitaire avec l’appui de la Miviludes, a fait deux nouvelles victimes, les docteurs Louis Ruhlmann et Angel Sanz, tous deux pratiquant aussi la médecine anthroposophique.  Tout a commencé avec deux mails, expédiés en mars 2010 au Conseil de l’ordre des médecins de Paris, par Damien Allemand, qui se présente comme le mari de Mme Leung Pin qui a consulté les deux docteurs avec son enfant.
L’homme en question produit en pièces jointes trois de leurs ordonnances. Sur deux d’entre elles, il y aurait des prescriptions de produits interdits à la vente. Certains produits avaient été préalablement testés avec « une baguette de sourcier » branchée à une électrode. Il dit faire cette démarche à l’insu de sa femme qui est, selon lui, « complètement sous la fascination de ces médecins. Essayer de lui faire comprendre qu’elle se fait manipuler risquerait de l’enfoncer davantage dans ses convictions. Un avis (ou une sanction de votre part) m’aiderait à la sortir de ses convictions ».
Dans le premier courriel, M. Allemand avait expliqué que sa femme « s’intéresse beaucoup aux médecines parallèles et, depuis peu, elle se rend chez des médecins pratiquant la médecine “anthroposophique”. (…) J’ai beaucoup de mal à lui faire comprendre qu’elle est vraisemblablement en train de se faire arnaquer. (…) Pourriez-vous prendre les mesures appropriées pour que ces personnes cessent leurs activités ? »
Le docteur Louis Ruhlmann, l´un des deux médecins radiés et qui ont fait appel.  Selon M. Ruhlmann, le Conseil de l´ordre parisien l´a convoqué sans lui indiquer l’origine de la plainte ni son contenu. Il l´a entendu puis a déposé plainte, à l’été 2010, auprès de la chambre disciplinaire de première instance de la région Ile-de-France. En voici le contenu :
« Médecin de 71 ans, sûr de ses connaissances, faisant sa formation continue en lisant le quotidien du médecin et en allant à un congrès en Suisse sur la « lumière » et en dispensant son enseignement sur la médecine anthroposophique. Il n’a aucun diplôme d’ostéopathie et n’a pas fait de demande à la DASS, en conséquence nous lui demandons d’enlever son titre sur son ordonnance.
Pour faire sa thérapeutique de manière précise, il utilise l’antenne de “Lecher” [la baguette de sourcier] qui compare les champs électromagnétiques de l’individu et du médicament. Lorsque l’antenne bouge, cela permet de savoir quel médicament prescrire. Le Dr Ruhlmann fait venir des médicaments de Suisse car on ne trouve pas les bonnes dilutions en France. En ce qui concerne les vaccinations, il tient un langage un peu flou et parle de conflit immunologique, d’allergie, de contre indications ponctuelles et de conclure qu’il pratique l’injection du tétanos. »

Un prétexte pour combattre les médecines non conventionnelles ?

Pour le docteur Ruhlmann, il s’agit bien d’une attaque en règle contre l’anthroposophie, telle qu’elle est conduite depuis quelques années en France par le conseil de l’ordre et la Miviludes, deux institutions qui se retrouvent souvent en binôme dans les instances chargées de veiller « aux dérives sectaires ». Et qui, pour lui, sont souvent le prétexte avancé pour combattre les médecines non conventionnelles comme l’homéopathie ou la médecine anthroposophique.
« J’utilise des méthodes non conventionnelles pour m’aider dans mon diagnostic, explique le médecin radié. Ma consultation dure une heure, j’utilise tous les examens de laboratoire, tous les moyens modernes mis à ma disposition, du plus simple au plus sophistiqué, radio, IRM, scanner, etc. Je n´hésite pas, le cas échéant, à faire appel à mes confrères spécialistes. J’utilise tous les remèdes allopathiques, homéopathiques, anthroposophiques, phytothérapiques. Pour choisir entre plusieurs remèdes, par exemple plusieurs types de magnésium, j’utilise le pouls chinois ou un appareil qui me permet de choisir le remède qui entre en résonnance magnétique informative avec la personne, l’échelle de Lecher. Depuis 25 ans, cela m’a permis d’éviter les intolérances médicamenteuses et de choisir le remède le plus efficace, ce qui s’est révélé régulièrement exact. J’ai également 80% d’effets secondaires en moins avec les remèdes allopathiques. Ainsi, je n’ai jamais prescrit de Médiator, ni d’autres médicaments actuellement dangereux et encore en circulation, pour tel ou tel patient. Testé à l’antenne sur quarante de mes patients, le Médiator s’est révélé régulièrement dangereux ! »

La médecine anthroposophique pratiquée dans 60 pays

Il serait trop long de détailler la réponse du docteur à toutes les accusations du Conseil. Mais tout se passe comme si ce tribunal corporatiste avait saisi l’occasion de ces deux mails pour porter un grand coup contre la démarche anthroposophique, stigmatisée par les pouvoirs français, mais admise, voire reconnue, dans bien d’autres pays.
En effet, la médecine anthroposophique, en 2011, est :

  • – pratiquée dans plus de 60 pays dans le monde et par environ 30 000 médecins répartis dans l’espace européen
  • – constitutionnelle en Suisse, d’autres médecines complémentaires, depuis le référendum du 17 mai 2009
  • – exercée dans 28 hôpitaux dans huit pays : Allemagne, Suisse, Suède, Pays-Bas, Grande-Bretagne, Italie, USA, Brésil
  • – appliquée au sein d’instituts médico-pédagogiques dans la plupart des pays d’Europe (dont neuf centres en France)
  • – enseignée à l’Université : en Allemagne, en Suisse, au Royaume Uni, aux États-Unis
  • – objet d´études dans plusieurs instituts de recherche à Berlin (Allemagne), Bâle (Suisse), Dribergen (Pays-Bas).

La médecine anthroposophique publie ses travaux dans une revue mensuelle. L’ouvrage de synthèse “Anthroposophic Medicine, Effectiveness, Utility, Costs, Safety” donne une vue d’ensemble des résultats de la médecine anthroposophique, de son extension ainsi qu’une revue bibliographique complète des publications récentes.
« Je n’ai jamais eu aucune plainte de patients »
« Tout cela, déplore M. Ruhlmann, n’empêche pas les autorités françaises de radier continuellement des médecins pour “charlatanisme” en les accusant d’utiliser des méthodes “irrationnelles” alors même qu’aucune plainte de patients n’est déposée contre eux et que, n’utilisant que peu de médicaments des laboratoires pharmaceutiques classiques, ils n’induisent pas ou très peu d’effets pervers. Et cela, uniquement parce qu’ils sont homéopathes ou anthroposophes, c’est-à-dire pratiquant une médecine “non basée sur les preuves”… J´ai derrière moi 43 ans de médecine pendant lesquelles j’ai soigné et aidé 154 800 patients ! Je n’ai jamais eu aucune plainte de patients. Tout au contraire, tous ont été améliorés et pour la plupart guéris ».
Le procès en appel devant le Conseil de l’ordre national confirmera vraisemblablement la sentence ordinale. En effet, le docteur Irène Kahn-Bensaude, qui préside le Conseil départemental de Paris qui a fait radier Louis Ruhlmann et qui est par ailleurs présidente de la section Santé publique de la Miviludes, est aussi vice-présidente du Conseil national de l’ordre des médecins qui va rejuger les deux médecins anthroposophes en appel…

Pas de réponses

  1. chabert dit :

    Comment peut on aider ces deux médecins, ayant moi même bénéficié de la médecine anthroposophique il y a plus de 30 ans, avec grand bénéfice…
    merci de votre réponse.
    Rép: bonjour SImone Sarah, je ne suis pas en contact direct avec eux, donc je ne sais pas; suis plutôt à partir de la piste du site Ouvertures… YM

  2. fontana dit :

    A se demander si l'ordre des médecin défend le malade ou les laboratoires?
    Personnellement je constate que les médecines naturelles gagnent du terrain grace aux combats de certains médecins courageux au service des malades et de la vraie médecine.
    Continuons à soutenir ces praticiens courageux ,ils finiront par gagner le combat!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.