Le Conseil d’État et le Parlement remettent les clefs de notre alimentation aux marchés financiers

29 novembre Communiqué de presse du collectif semons la biodiversité

Le Conseil d’État et le Parlement remettent les clefs de notre alimentation aux marchés financiers

C’est un scandale immense et une violence sans nom faite à nos agriculteurs et à nous mêmes pour notre souveraineté alimentaire et la biodiversité ! Y.M.

Le 28 novembre 2011 restera un jour noir pour la souveraineté alimentaire !

Dès 14 h, le Conseil d’État a annulé le moratoire français sur l’OGM MON 810 de Monsanto. Le gouvernement a immédiatement annoncé son intention de reconduire ce moratoire, mais le pourra-til avant les semis du printemps 2012 ?
Le Haut Conseil des Biotechnologie a montré que Monsanto n’a fait aucune évaluation valable des risques sur la santé générés par ce maïs insecticide. Une récente décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne interdit la vente de tout miel contenant son pollen que les abeilles récoltent abondamment. Le coût des analyses exigées par cette interdiction suffira à lui seul à ruiner définitivement de nombreux apiculteurs, sans compter la destruction obligatoire des miels contaminés. Tout cela ne suffit pas pour la réglementation européenne qui n’a que faire de l’absence d’évaluation des risques, ni des risques économiques évidents, mais exige la preuve de l’existence d’un risque élevé sur la santé ou l’environnement. Tous les travaux scientifiques recherchant cette preuve étant systématiquement empêchés ou déconsidérés par le lobby des biotechnologies, seule une décision politique peut interdire la culture du MON 810 en 2012 en France.
A 23 h , la majorité des 30 député(e)s présents à l’Assemblée Nationale a définitivement approuvé la loi sur les Certificats d’Obtention Végétale (COV). Cette loi permettra au Ministre de l’Agriculture d’organiser par décret

  • l’interdiction faite aux paysans d’utiliser leur propres semences issues de leur récolte pour la majorité des espèces cultivées, comme les légumes ou le soja,
  • la taxation de tous les hectares cultivés en céréales et fourrages (il s’agit des 21 espèces pour lesquelles les semences de ferme sont autorisées) au bénéfice de l’industrie et des vendeurs de semences
  • Les agriculteurs n’ayant pas utilisé de variété protégée devront en amener eux mêmes la preuve, impossible car non documentée. En inversant ainsi le droit général qui veut que ce soit le détenteur d’un titre de propriété industrielle qui amène la preuve d’une contrefaçon s’il veut faire valoir ses droits, les députés ont légalisé un racket généralisé.
  • La fixation du montant de cette taxe par une inter profession dominée par l’industrie des semences qui a déjà réclamé un montant dépassant les 10 euros/ha.
  • l’interdiction de la commercialisation de variétés traditionnelles dites « populations » qui ne correspondent pas à la définition des variétés protégées par COV, alors même que la récente loi Grenelle demandait au même Ministre de permettre leur commercialisation,
  • le contrôle de tous les agriculteurs sélectionneurs en vue de leur interdire de continuer à échanger leurs semences

Ce sont ainsi plus de 100 millions d’euros qui seront pris dans la poche des paysans pour rémunérer les actionnaires des sociétés détentrices de COV. En quelques années, les paysans n’auront plus qu’un seul choix : acheter toutes leurs semences à l’industrie qui ne tardera pas à ne commercialiser que des OGM.
Les droits des paysans de ressemer et d’échanger leurs propres semences sont le dernier rempart contre la confiscation de toutes les semences et du droit à la souveraineté alimentaire par une poignée de multinationales de l’agrochimie. Un pays qui n’a pas gardé sa souveraineté alimentaire a perdu sa souveraineté politique. Les électeurs s’en souviendront !
En attendant, malgré le Conseil d’État et le Parlement, nous continuerons à pratiquer et à défendre ces droits fondateurs des agriculteurs.

Qui sommes-nous ?

Cette campagne est portée par une coalition d’organisations qui se sont regroupées sur la base de la plateforme commune du 21 juin 2011.
Au moment du lancement de la campagne (26 septembre 2011), ont signé cette plateforme :
Agir pour l’environnement, Amis de la Terre, Artisans du Monde,  ASPRO-PNPP, ATTAC, Chrétiens dans le Monde Rural, Coordination Nationale pour la Défense des Semences de Ferme (CNDSF),  Confédération Paysannne, Croqueurs de Carottes, Demeter France, Fédération Nationale des Agriculteurs Biologiques,  Fondation Sciences Citoyennes, Générations Futures, Minga, Mouvement d’Agriculture Biodynamique, Nature et Progrès,  OGM Dangers, Réseau Semences Paysannes.
Depuis, d’autres organisations nous ont rejoint et soutiennent cette campagne :  BEDE (Biodiversité, Echange et Diffusion d’expériences), Lien en pays d’Oc, Les Compaillons, Union nationale de l’apiculture française
En tant qu’organisation, si vous voulez soutenir cette campagne, contactez anne-charlotte@semencespaysannes.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.