Le pillage (extractivisme): un mode opératoire en bout de course

Le pillage, que Nicolas SERSIRON nomme « Extractivisme », nous amène directement au problème des dettes: c’est une vision très synthétique de notre problème humain planétaire. Ça fait plusieurs siècles que les pays occidentaux principalement, mais désormais d’autres également, extraient une quantité de richesse totalement déraisonnable et ‘insoutenable »…

Dette publique, une affaire rentable (La) : 3e éditionPlusieurs de nos livres s’y rapportent, dont LA DETTE PUBLIQUE: UNE AFFAIRE RENTABLE, par André-Jacques HOLBECQ et Philippe DERUDDER,

Guerre et paix… et écologie

 

 

GUERRE ET PAIX… ET ECOLOGIE, par Ben CRAMER

 

Commerce mondial : la démocratie confisquée

et plus récemment: COMMERCE MONDIAL: LA DEMOCRATIE CONFISQUEE, par un collectif coordonné par Paul LANNOYE et Inès TREPANT.

 

 

—————————————————

Écoutez cette émission remarquable de Terre à Terre (France Culture / Ruth STEGASSY):

AccueilDette et extractivisme : la résistible ascension d’un duo destructeur

L’extractivisme, ce pillage des ressources naturelles de la planète par la force, a donné à l’Europe puis aux USA les moyens de dominer le monde.

Depuis la disparition des colonies, la dette illégitime, nouvelle violence imposée aux pays dits « en développement », a permis d’assurer la continuité du pillage. Cette dette a amplifié le système extractiviste, initialement appliqué aux produits fossiles et agricoles, en l’étendant aux ressources financières du Sud puis aujourd’hui du Nord. Elle impose le remboursement par les populations de dettes dont elles ne sont pas responsables mais victimes. Dette et extractivisme sont intimement liés. Facteurs d’injustice, de corruption, de violences sociales et environnementales, ils sont également à l’origine du dérèglement climatique.

Des alternatives pour créer une société post-extractiviste soucieuse des peuples et du climat existent. L’audit et l’annulation des dettes illégitimes, la réduction des inégalités, la fin du pillage extractiviste, sont quelques-uns des combats citoyens essentiels proposés dans ce livre. (4ème de couverture)

Avec : Henry Muhiya, secrétaire exécutif de la Commission épiscopale pour les ressources naturelles, auteur du rapport du CCFD « Des ressources naturelles au cœur des conflits » et Nicolas Sersiron, président du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde, le Cadtm France, et auteur de « Dette et extractivisme »

Rapport du CCFD :

https://ccfd-terresolidaire.org/infos/paix-et-conflits/un-rapport-sur-des-4789

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *