Lois sur les semences en Amérique du Sud

Milliers des personnes manifestait contre les lois sur les semences en Chili. (Photo : GRAIN)Les tentatives des grandes sociétés d’agrobusiness pour imposer la privatisation des semences continuent à être déployées partout sur la planète. Elles poursuivent un objectif clair : s’approprier le monopole sur les semences et rendre illégale la pratique historique et millénaire de conservation et de reproduction des semences. L’Amérique latine n’est pas à l’abri de ces attaques.
Les stratégies de privatisation se sont multipliées et sont devenues plus radicales, plus ambitieuses. Mais les entreprises et les gouvernements ne s’attendaient pas à ce que les résistances nationales et régionales se multiplient en même temps.
Lire plus : https://www.grain.org/e/4807
 

Les semences sont l’oeuvre des peuples, elles font partie de leur histoire. Elles ont été cultivées grâce au travail, à la créativité, à l’expérimentation et à l’attention collective. Au fil du temps, elles ont aussi façonné les peuples, leur permettant de s’alimenter de manières très diverses, de cultiver la terre, de partager, de développer leurs manières d’appréhender le monde. Elles sont donc intimement liées à des principes communautaires, à des responsabilités, des droits et des devoirs. Les semences nous imposent des responsabilités qui commencent avant même que nous n’ayions le droit de les utiliser.
Lire plus : https://www.grain.org/e/4809

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.