Parents et sage-femme: un accompagnement global

Mme Chaumette, (auteur du livre Parents et sage-femme, l’accompagnement global)
Je vous écris pour vous remercier pour votre livre sur l’accompagnement global.
Nous avons quelques points en commun dans notre parcours et façon de voir le métier de SF !
J’ai un master de psychologie du développement (enfance, maternité, vieillesse) acquis en 2005.
2005 qui également l’année de la naissance de mon 2° enfant.
Pour cette grossesse, j’ai fait mon suivi auprès d’une SF libérale, “THE SF”, qui m’a également fait mes séances de préparation à l’accouchement, de l’haptonomie en l’occurrence.
Cette prise en charge contraste avec ma 1° grossesse où j’ai été suivie par mon gynécologue en milieu hospitalier et pour laquelle j’ai été allité en fin de grossesse m’empêchant d’aller aux séances de préparation auxquelles j’étais inscrites.
La révélation donc fait à mon 2° accouchement. Ma vocation était née.
J’ai, dans un premier temps, souhaité prendre du recul par rapport à mon vécu et à la puissance émotionnelle des évènements que je venais de vivre. L’idée de chambouler toute ma vie pour devenir SF ne me quittait pas pour autant malgré les mois qui passaient.
Mais la vie en a décidé autrement pour moi… puisque peu de temps après, j’ai du faire face à mes obligations de maman et trouver un emploi rapidement, cause divorce. J’ai donc depuis cela “enchaîné” des boulots alimentaires (assistante de direction en restauration, secrétaire juridique, chargée de recouvrement…). Mais jamais, jamais, jamais, mon projet de devenir SF ne m’a quitté.
Aujourd’hui, j’ai retrouvé une stabilité dans ma vie personnelle.
Ca y est, je me lance ! J’ai déposé mon dossier pour rentrer directement en L2 maïeutique et bénéficier de la passerelle. Les dés sont lancés, reste plus qu’à attendre le verdict !
Pourquoi je vous écris ????
Tout simplement, car afin de conforter ma décision de reprendre des études de SF, j’ai fait plusieurs journées d’observation auprès de SF (salle d’accouchement, suite de couches, grossesses pathologiques, libéral, urgences…).
J’ai vu la pluralité de prise en charge des femmes !
Des femmes H24 les pieds dans les étriers, des infirmières qui appuie sur le fond utérin lors de l’expulsion, un hôpital à + de 93% de péridurale sous prétexte de pouvoir maîtriser l’accouchement ainsi et au regard du nombre d’accouchements par an, ils n’ont pas le choix, il faut maîtriser !… Si je devais faire les stats, comme vous avez fait avec le Belvédère, le contraste serait sans appel ! 4 accouchements : 4 péridurales, 1 forceps, 2 césariennes… Après ce ne sont que des chiffres sortis de leur contexte, venant d’une personne sans formation médicale !
Et à l’opposé, en libéral, une écoute des désirs des femmes, des accouchements à domicile, l’accompagnement global…
Des pratiques presque opposées pour un même métier…
L’accompagnement global… L’accompagnement global… Je ne connaissais absolument pas… Une 2° révélation !
Ces stages avaient pour but initial d’être sure de moi, de ma décision, enfin c’est ce que je pensais, mais inconsciemment, je pense que je cherchais surtout à voir comment je pouvais exercer en fonction de mes convictions…si je suis retenue…
Lors de mes stages “hospitaliers”, j’ai été “choquée” par cette forme de prise en charge et la lecture de votre livre m’a permis de me ressourcer et de tourner mon projet vers les valeurs qui me tiennent à coeur. Je me suis retrouvée dans votre livre !
Je suis consciente que mon projet, en plus d’être très hypothétique à ce jour, est très idéalisé, et qu’avec la formation et la pratique, mes choix futurs seront peut-être différents.
Mais est-il possible pour autant de changer ses valeurs propres ???
Merci d’avoir partagé votre vécu à travers votre livre et peut-être serons-nous amener à nous rencontrer si mon projet abouti…
Cordialement,  Marie-Laure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.