Pesticides: le ministère de l'agriculture toujours à la traîne…

Ecophyto 2018 : Générations Futures dénonce une dérive vers une cogestion entre le Ministère de l’Agriculture et les filières dans la fixation des objectifs de réduction de l’usage des pesticides !

Le plan Ecophyto 2018, qui prévoit la réduction de l’usage des pesticides de 50% en 10 ans est clair dans ses objectifs. Malheureusement la résistance d’une partie du monde agricole met ces objectifs en échec puisque les dernières données montrent…une augmentation de plus de 2% de l’usage des pesticides en un an. Face à cette résistance on était en droit de s’attendre à ce que le Ministère tape du poing sur la table en appelant les professionnels à enfin jouer le jeu d’un plan qui n’a rigoureusement rien amélioré en 5 ans…C’est malheureusement tout le contraire qui est en train de se produire !

La grande tradition de la cogestion entre le Ministère de l’Agriculture et le monde agricole appliquée à Ecophyto !

En effet, lors de la dernière réunion, tenue ce jour, du Comité d’experts Ecophyto, la DGAL ( Direction Générale de l’Alimentation au Ministère de l’Agriculture) a annoncé que le Ministre a préparé une lettre (non encore signée et transmise à ce jour) qu’il va envoyer aux filières pour leur demander quels sont leurs objectifs en matière de réduction des pesticides !

Générations Futures s’insurge contre cette démarche qui symbolise le retour à une forme de cogestion du dossier des pesticides qui va à l’encontre de l’atteinte d’un objectif réellement ambitieux. Qui, en effet, peut penser sérieusement que la profession va s’imposer volontairement des objectifs significatifs ? Pour l’association cette démarche signe un renoncement de toute gestion politique du dossier.

« Nous demandons à Stéphane Le Foll de ne pas faire l’erreur d’acter une forme de cogestion de ce dossier en tête à tête avec la profession et de ne pas envoyer ce courrier. Au contraire, nous lui demandons de revenir sur ce qui serait une erreur énorme en ayant une posture plus pro active et demandant à la profession de mettre en place rapidement des démarches exemplaires pour développer l’agriculture biologique sur les zones à enjeu eau notamment et de relayer auprès des agriculteurs le message gouvernemental de l’urgence d’une évolution dans les actes des pratiques agricoles vers des systèmes moins dépendants aux pesticides. » Déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures et membre du Comité d’experts Ecophyto.

« Alors que s’ouvre la 8ème semaine pour les alternatives aux pesticides, la société civile et nos associations ne comprendraient pas une telle remise en cause de l’objectif clairement affiché dans la loi Grenelle de l’environnement et réaffirmé par le Ministre LeFoll, lui-même, lors de la conférence environnementale de septembre 2012. » conclut-il.

Contact presse: François Veillerette 06 81 64 65 58   Nadine Lauverjat 06 87 56 27 54

8ème édition de la semaine pour les alternatives aux pesticides du 20 au 30 mars 2013 en cliquant sur ce lien (en bas du communiqué).Découvrez le dossier de presse

« A l’heure où le verdissement de la PAC est remis en cause, où l’objectif du plan Ecophyto est mis à mal, où la problématique des pesticides perturbateurs endocriniens devient un enjeu majeur au niveau national et européen et alors que les dernières données sur la présence des résidus de pesticides confirme la présence de ces toxiques dans nos aliments, la société civile se mobilise pour réaffirmer ses attentes sur les modifications des pratiques en matière d’utilisation des pesticides et sur le fait que des alternatives viables existent. C’est l’objectif de cet évènement fédérateur qui compte déjà plus de 700 actions et 15 pays participants et qui se tiendra du 20 au 30 mars.  » déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *