Sur la méthodologie et l’interprétation de l'étude de Gilles-Eric Séralini sur l'OGM NK 603

Une prise de position dans ce débat, publiée sur Le Plus / Le nouvel Obs en date du vendredi 19/10/2012

Rat avec tumeurs de l'étude de Séralini sur les OGM (- / CRIIGEN / AFP)Ce vendredi, les Académies nationales d’Agriculture, de Médecine, de Pharmacie, des Sciences, des Technologies, et Vétérinaire ont publié un communiqué au sujet de l’étude de Gilles-Eric Séralini sur l’OGM NK 603 de Monsanto. Leur verdict ? Elle contient « de nombreuses insuffisances de méthodologie et d’interprétation ». Paul Deheuvels, lui-même membre de l’Académie des sciences, s’indigne.

« Je viens d’apprendre qu’un tout petit nombre de représentants des six Académies (Sciences, Médecine, Technologies,…) se sont réunis pour publier un communiqué commun concernant l’étude du professeur Séralini (éditée récemment dans la revue « Food and Chemical Toxicology »).

 Les Académies ne sont pas engagées dans leur ensemble

Sans même avoir lu leur déclaration, je me dois d’attirer l’attention du public sur le fait que le dit communiqué ne peut engager l’une ou l’autre de ces académies dans leur ensemble. En effet, un groupe d’experts a été convoqué en urgence, on ne sait par qui, on ne sait comment, dans une absence totale de transparence concernant le choix de ses membres, et sur la base de 2 représentants par académie. Ces personnes ont cru bon de rédiger dans un espace de temps très bref un avis très critique sur cette étude. Elles ne peuvent prétendre à elles seules incarner l’avis de l’ensemble du monde scientifique français, et ce serait une forfaiture que de le laisser croire.

Étant le seul membre de l’Académie des sciences représentant la discipline des statistiques en tant que telle, il aurait été normal que je sois consulté, et tel n’a pas été véritablement le cas.

Il ressort des conversations que j’ai eues à postériori sur ce communiqué que les représentants des cinq académies mentionnés plus haut y aient critiqué la partie descriptive de l’étude du professeur Séralini, concernant les tumeurs, en lui reprochant de ne pas être significative sur le plan statistique. Ils auraient, par contre, ignoré la partie toxicologique de l’article, traitée avec sophistication par des méthodes modernes (dites de PLS). Notons que l’article de Gilles-Eric Séralini est, justement, publié dans une revue de toxicologie.

 Un mauvais procès fait à l’étude de Séralini

Dans tout texte du genre, la partie descriptive se contente de décrire, sans pour autant en tirer de conclusion démontrée. C’est bien ce qui se passe ici, et je ne trouve rien à redire sur le plan professionnel à cette composante, quoi que puisse en dire le petit groupe de signataires de la motion.

A l’inverse, la composante de toxicologie de l’article a l’immense mérite d’étudier la cohorte de données complète des analyses réalisée sur une durée d’environ 16 mois. Cette partie de l’article aboutit, quant à elle, à la mise en évidence de différences significatives sur le plan statistique, sous réserve, bien entendu, que leur traitement ait été correctement réalisé, et je ne vois aucune raison de penser que ce n’ait pas été le cas.

On pourra m’objecter que ce sont précisément ces parties descriptives de l’article de Séralini qui ont attiré l’attention des médias, puisqu’elles parlent des tumeurs dont les animaux d’expérience ont été victimes. Ce n’est pas la question. Je pense qu’on fait à cette étude un mauvais procès, par de mauvais arguments, et avec un acharnement parfaitement suspect compte tenu des immenses intérêts financiers qui sont en jeu. Il ne s’agit pas de savoir ce qu’en pensent les médias, mais plutôt de juger la qualité technique de ce travail.

Je tiens à dire, avec force, que l’article du professeur Séralini se situe à un niveau élevé de qualité parmi les articles de même catégorie. On ne peut lui reprocher sa valeur scientifique qui est indéniable. On ne peut l’attaquer sur sa partie descriptive qui ne cherche pas à établir des preuves, au sens statistique du terme, mais à donner une présentation lisible, purement factuelle, des résultats obtenus. Il est d’autant plus anormal que le communiqué des cinq académies ne s’intéresse guère (si mes renseignements sont corrects) à la composante toxicologique de l’analyse, qui, elle, fait usage de niveaux de confiance établis selon les règles habituelles de la statistique.

 Pour une saine confrontation des idées

Je récuse donc par avance tout texte qui serait présenté au nom de cinq académies sur ce sujet, partant du fait évident que le comité qui l’a signé ne représente que lui-même, indépendamment de l’éminence de ses membres.

C’est d’ailleurs un procédé à la limite du scandale de vouloir parler au nom de tous lorsqu’on est peu nombreux. Quelle que soit la qualité des signataires, ils expriment un avis qui ne peut prétendre constituer une vérité universelle, tant que le problème n’aura pas été véritablement discuté ouvertement, et sur le fond.

L’article du professeur Séralini a l’immense mérite de mettre en évidence qu’il n’y a pas suffisamment d’études portant sur les effets à long terme des alimentations à base d’OGM. Au lieu de critiquer dans cette étude ce qui ne peut pas l’être, tout en omettant de l’apprécier pour sa composante authentiquement innovatrice, les organismes établis comme l’INRA ou l’ANSES, devraient entreprendre des études approfondies sur des échantillons plus nombreux. Celles-ci permettraient de sortir par le haut d’une querelle aux paramètres évidemment biaisés. Il faut que le débat d’idées ait lieu, dans le calme, et sans avoir à subir les pressions des lobbys qui s’expriment pour ou contre des opinions, sans même prendre le temps de les discuter.

J’exprime un avis personnel, basée sur mon expérience professionnelle, et je n’insulte pas ceux qui ont une opinion contraire. L’intérêt de la science se situe, avant tout, dans une saine confrontation des idées et des arguments, qui soit, si possible, sans parti pris. On est, semble-t-il, très loin d’une telle situation, je le crains.

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *