La collusion élus – firmes phytopharmaceutiques: Le mépris des citoyens dans l'affaire du "purin d'ortie"

Bref rappel: des préparations végétales telles que le purin d’ortie pour le jardinage, utilisées depuis des siècles et nommées « Préparations Naturelles Peu Préoccupantes = PNPP« , ont été interdites par le gouvernement; celui-ci a voulu leur imposer de passer par le même circuit de demande d’AMM que tout pesticide.

D’où levée de boucliers depuis plusieurs années, promesses en tous genres de nos élus, mais aucune suite.  Le 18 avril 2011 (arrêté du 28/04), du nouveau côté législatif: hélas très décevant.

Je vous invite à lire le communiqué de l’association ASPRO-PNPP, laquelle mène le combat pour la liberté des PNPP.
Lorsque j’ai appris l’envers de la nouvelle loi, tel que décrit ci-dessous, je me suis dit: « Chers élus, vous vous moquez vraiment de nous autres citoyens !!! »

Une nouvelle fois,  vos choix délibérés et systématiques pour les pesticides de synthèse engraissent les labos, polluent la biosphère et restreignent les pratiques populaires traditionnelles. Au bout de plusieurs années de combat, alors qu’il s’agit d’un droit fondamental de base, vous nous gratifiez d’un texte malhonnête qui empêche au lieu de permettre !

Nous ne sommes pas dupes. Nous sommes déterminés à faire respecter nos droits citoyens, ici de faire des préparations végétales peu onéreuses, que chacun peut réaliser, et non polluantes ! C’est un enième scandale qui montre crument que beaucoup de nos élus, hélas, roulent pour les multinationales et contre les citoyens ! D’ores et déjà, je considère, M. le sénateur, que vous cessez de nous représenter.

Faisons tout notre possible pour que ça se sache et pesons par tous moyens pour que ce scandale cesse !
Yves MICHEL

Communiqué de presse:  Le Ministère invente « La Piquette d’Ortie » pour mieux interdire « Le Purin d’Ortie ».

1. L’arrêté publié le 28 avril¹ pour « autoriser le purin d’ortie » a pour effet d’interdire la commercialisation de tout purin d’ortie correctement préparé. En effet, les producteurs de purin d’ortie ne suivent pas le procédé de fabrication rendue obligatoire par cet arrêté, car ce n’est pas le bon procédé de fabrication. Ils ne pourront toujours pas commercialiser leur production. Le seul « purin » autorisé par l’arrêté est une « piquette d’ortie », recette de Pif le Chien.

2.   Cet arrêté est un passe droit ministériel visant uniquement à jeter de la poudre aux yeux aux élus de la majorité ou de l’opposition qui sont de plus en plus nombreux à critiquer l’action du Ministère de l’agriculture :
Dans un arrêté du 8 décembre 2009, le ministre a défini des procédures inadaptées pour l’autorisation des PNPP. Mais il n’a pas été capable de les appliquer pour le purin d’ortie. En publiant l’arrêté d’autorisation, il ne respecte donc pas la réglementation qu’il a lui même mis en place, ainsi que l’atteste l’avis de l’ANSES du 27 janvier 2011. Trois mois après et contrairement aux pratiques de l’ANSES, cet avis n’est toujours pas rendu public sur son site !
Tout ceci met en évidence le bien fondé des critiques que nous formulons à l’encontre de la réglementation mise en place par le ministère de l’agriculture² C’est pour ces mêmes raisons que la loi sur l’eau votée par le parlement le 12 décembre 2006 dit que les PNPP ne relèvent pas de la réglementation des pesticides. Le décret du 23 juin 2009 définissant les PNPP et l’arrêté d’application du 8 décembre 2009 ne respectent pas cette loi ni le vote des parlementaires parce qu’ils situent les PNPP parmi les pesticides.
Le nouveau décret publié le 28 avril dernier ne respecte pas la loi du 30/12/2006, ni le décret du 23/06/2009, ni l’arrêté du 8/12/2009, avec pour conséquences les tours de passe passe ministériels pour annoncer une fausse autorisation du purin d’ortie.
En continuant à commercialiser et à utiliser du vrai purin d’ortie*, préparé suivant les bons usages en vigueur, nous respectons la loi mais ne respectons pas les règlements qui ne respectent pas la loi. Nous demandons au ministre de respecter lui aussi la loi et de modifier en conséquence son décret et son arrêté d’application. Nous lui suggérons de s’inspirer pour cela des réglementations en vigueur en Allemagne, Autriche ou Espagne, pays qui autorisent largement les PNPP tout en respectant la même règlementation européenne que nous.
Le ministre déclare vouloir réduire les pesticides. En même temps il continue de bloquer les alternatives comme nous le voyons avec la nouvelle « Piquette d’Ortie », alors qu’il a accordé 74 dérogations pour autoriser la commercialisation et l’utilisation des pesticides interdits reconnus très toxiques en 2010.

C’est pourquoi nous invitons le ministre Bruno Le Maire à assister notre prochaine journée d’action en faveur des PNPP le 14 mai à Maclas (Loire) dans une exploitation agricole.
1 Arrêté purin d’ortie du 28 Avril 2011
2 Pourquoi les PNPP ne peuvent pas être des pesticides.
*Une vraie recette de “Purin d’Ortie’
Article du MONDE du 5 Mai
Question au Ministère, de Patricia BEUCHER journaliste jardin sur RTL
Pour signer la Pétition, Cliquez ici !
…………………………………..

________________________________________
De : Pierre BERNARD-REYMOND – Sénateur des Hautes-Alpes [mailto:senateur.pbr@orange.fr]
Envoyé : vendredi 6 mai 2011 17:42
Objet : TR: PREPARATION NATURELLE PEU PREOCCUPANTE: AMM DU PURIN D’ORTIE

Bonjour,

Veuillez trouver ci-joint un document de la part de M. Pierre BERNARD-REYMOND, Sénateur des Hautes-Alpes.
Vous en souhaitant bonne réception.
Bien cordialement,

Le Secrétariat Parlementaire.

Mesdames et Messieurs les Parlementaires,

L’arrêté du 18 avril 2011 autorisant la mise sur le marché du purin d’ortie en tant que préparation naturelle peu préoccupante à usage phytopharmaceutique vient d’être publié au Journal Officiel de la République Française (en PJ).

Cette publication intervient suite au rapport du député Antoine HERTH sur le développement des méthodes de biocontrôle en agriculture (ensemble de méthodes de protection des végétaux par l’utilisation de mécanismes naturels), pour lequel Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, a décidé la mise en œuvre de douze mesures concrètes au cours des deux prochaines années destinées à favoriser la diffusion de produit et de techniques de biocontrôle permettant aux agriculteurs de disposer d’alternatives plus respectueuses de l’environnement et efficaces contre les ravageurs des cultures.

Les préparations dites purins d’orties, obtenues à partir de feuilles fraîches ou séchées d’ortie et suivant la recette figurant dans l’arrêté, sont désormais autorisées à être mises sur le marché en tant que substance à usage phytopharmaceutique.

Toute personne souhaitant procéder à une mise sur le marché devra en faire la déclaration auprès de la direction générale de l’alimentation du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire.

Nous demeurons à votre disposition.

Bien à vous, la Conseillère Parlementaire et l’Attaché parlementaire

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *