Michèle RIVASI: mon plaidoyer pour les plantes médicinales

Vous aimerez aussi...

Pas de réponses

  1. frege dit :

    autant dire qu'à partir de mai 2011, il faudra faire confiance à son savoir, aux savoir médicinaux alternatifs pour s'orienter vers les plantes adéquates. effectivement la filière commerciale en pâtira, en attendant une éventuelle évolution. mais les médecines naturelles pourront toujours les utiliser: ces bâtons dans les roues n'étoufferont pas l'intérêt pour celles-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *