Statut du psychothérapeute et démocratie à la française

Le statut du psychothérapeute est débattu en France depuis quelques années, entre le gouvernement, notamment les ministres de la santé, l’Assemblée Nationale avec son président M. Accoyer, et les professionnels.
Tous sont d’accord pour élaborer une règlementation, nécessaire, et tous y ont participé en de longues séances et une position relativement acceptable par tous est née. Or le président Accoyer piétine ce travail en poussant des amendements très tard de nuit lorsque très peu de députés sont encore présents et au mépris total de tout le travail réalisé ! C’est le fait du prince, parce que ce monsieur a des motifs personnels dans sa famille et des comptes à régler, et un véritable déni de démocratie !
Une nouvelle fois après bien des disciplines où des chercheurs courageux ont élaboré des pans entiers de la connaissance (la phytothérapie, par exemple), nous assistons à la tentative outrageuse du pouvoir médical en place, de mettre la main dessus pour tout contrôler ! Pensez qu’il n’est pas exigé aux psychologues ni aux psychiatres, ni aux “professeurs d’université”, de faire un travail sur eux-mêmes, ce qu’ils ne font en général pas, se contentant de leurs connaissances intellectuelles, et dans notre pays essentiellement lacaniennes et ignorantes de Jung; et ces messieurs voudraient contrôler les psychothérapeutes ! C’est un scandale total et un risque grave pour nos libertés civiques !
Pour information, lisez https://www.psy-en-mouvement.com/lire_news.php?id=1058 qui rend un bon rapport des débats. Agissons auprès de nos élus pour leur montrer l’inacceptable de la situation !
 

Pas de réponses

  1. Nadine Goossens dit :

    J'ai eu à lutter contre les pratiques d'un psy…. qui s'est occupé, presque par hasard, de mon jeune fils accidenté.
    Heureusement que j'ai pu arrêter rapidement les "pseudo-consultations" de cette personne et ensuite lui interdire d'approcher mon enfant.
    Toutefois, j'avais pris la peine de prévenir l'Association des Grands Brûlés de France des agissements en cours dans ce centre de réadaptation fonctionnelle.
    Mon interlocutrice m'a répondu :
    -"Nous savons qu'il y a des problèmes, mais une "enveloppe" vient d'être demandée pour ce Centre, ce n'est donc pas le moment de faire des vagues".
    (à sa décharge, elle m'avait proposé d'intervenir (où je ne sais pas), ce que j'ai décliné immédiatement)
    Le psy…était complètement sinistré de la toiture et le médecin-chef passé maître dans l'art de la manipulation et du mensonge.
    Son autoritarisme primaire passait par une soumission absolue de l'enfant et une subordination inconditionnelle des parents.
    Un personnage qui pouvait aussi exercer un talent de nuisance envers celle ou celui qui le tracassait.
    J'ai écrit à l'Ordre des Médecins, je n'ai jamais eu de réponse.
    Il est toujours en poste.

  2. Anton dit :

    Bonjour, je viens appuyer cette énormité franco-française qui n'oblige ni les psychologues ni les psychiatres à faire si ce n'est une analyse, au moins une psychothérapie. Venant par mon cursus de la fonction hospitalière psychiatrique, je peux vous assurer que de nombreux praticiens commettent des erreurs terribles vis à vis de patients fragiles.
    Ayant suivi un cursus universitaire en sciences humaines la phrase sacrée concernant un travail sur soi :
    "il n'st pas obligatoire, seulement recommandé".
    J'ai pour ma part suivi une analyse de 13 ans et je ne vois pas comment la connaissance théorique peut suffire, le titre n'est en aucun cas une garantie dans ce domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.