Stop! tirons les leçons de la crise

STOP ! Tirons les leçons de la crise
Et ce n’est pas fini : la preuve par les chiffres…
Olivier BERRUYER
Tiraillé entre intérêt général et intérêts particuliers, préoccupation du long terme et nécessité de résultats à court terme, le pilotage économique et financier de nos sociétés est devenu des plus complexes.
Chiffres à l’appui, l’auteur nous montre comment notre système a finalement déraillé, aboutissant à la crise que nous connaissons aujourd’hui. Enrichi de nombreuses illustrations graphiques et dessins de presse, son propos décrypte les mécanismes et enchainements essentiels qui l’ont provoquée. Une explication limpide et saisissante, qui replace la crise dans son contexte historique et factuel. Cette vision d’ensemble permet ainsi au lecteur de se constituer sa propre opinion.
Pour commander le livre
En conclusion, l’auteur propose des pistes très concrètes d’actions à mener pour stabiliser le système : musèlement de la finance, pénalisation fiscale des revenus délirants, protection raisonnée de notre économie, équilibre des balances commerciales, ou encore restructuration de la dette. De quoi tirer les leçons du passé, et envisager l’avenir avec lucidité.
Ou comment expliquer la crise de manière pédagogique et conviviale et éclairer le débat public ! Drôle, décalé, et très instructif.
Découvrez son blog

Diplômé de l’Institut de Science Financière et d’Assurances et de l’EM-Lyon, créateur du blog www.les-crises.fr, Olivier Berruyer est actuaire, profession de référence en termes de gestion du risque dans la finance et l’assurance. Il bénéficie ainsi d’un point de vue privilégié pour analyser le basculement de notre société dans le financiarisme et la gestion à très court terme. Et plus encore leurs conséquences…


Collection: Economie
ISBN: 978 2 913492 99 8
Prix: 22€

Pas de réponses

  1. Bonjour,
    Je me demande tout de même si c'est possible ; car en fait, je pense que cette crise est voulue, qu'on a délibérément organisé notre endettement pour nous obliger à vendre nos entreprises et nos biens aux entreprises et financiers les plus riches de la planète.
    Bien à vous.

  2. CHABOY René dit :

    chères amies chers amis , vous pouvez entrer directement dans un changement profond de notre société à partir des problèmes très concrets qui touchent directement l'objectif de notre groupe Merci de lire attentivement cet article.
    Fraternellement, René Chaboy pdt de Lien en Pays d'OC et membre de la Constituante Et la démocratie dans nos villages où en sommes-nous?
    http://lienenpaysdoc.com/index.php?option=com_con

  3. CHABOY René dit :

    Ajouté au lien Et la démocratie dans nos villages où en somme nous?
    site lienenpaysdoc.com
    Des terres pour une alimentation humaine de proximité
    Les prix alimentaires grimpent même si la plupart du temps cette alimentation est douteuse ( voire dangereuse ) mais …rien n'arrête l'investissement de nos villages et de nos villes pour un matériel endettant les citoyens . Faire avec ce que l'on a ét…ait la règle d'or de l'économie . Aujourd'hui nous manquons de terres pour l'alimentation humaine de qualité , mais lorsque les projets de réhabilitation des jardins abandonnés sont présentés à des municipalités, certaines ne veulent pas s'en occuper : preuve que la réforme des territoires doit être faite au niveau de l'Etat afin que ce dernier serve en prorité ce projet de la Société Civile pour nos concitoyens

  4. Responsable web dit :

    Un beau succès de librairie ! Allez vous aussi l'acheter ! et les premières critiques dans la presse: http://www.les-crises.fr/critique-politis/ Yves MICHEL

  1. 20 août 2011

    […] Lombard Bernard : Stop! tirons les leçons de la crise […]

  2. 31 octobre 2011

    […] Responsable web : Stop! tirons les leçons de la crise […]

  3. 23 novembre 2011

    […] Le blog des éditions Yves Michel – article : Olivier Berruyer face à Alain MADELIN sur Radio BFM Business ce 1er novembre 2011 ! : Stop! tirons les leçons de la crise […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.