Les voeux d'Yves MICHEL pour 2012

Bonjour à toutes et tous, je viens vous souhaiter une excellente année 2012 !

Plein de choses ont été écrites sur cette année annoncée comme fatidique ! Or depuis 40 ans que je m’intéresse au cours des choses, je me suis lassé des prédictions et prophéties : la plupart du temps, leur effet est surtout de conforter les gens dans une résignation béate. Et comme l’a dit C.G.Jung, si on évite de faire face à son ombre, elle nous saute à la figure sous forme de destin. Hé bien, je vous invite à regarder notre situation en face, ça me semble la meilleure façon d’anticiper certains changements nécessaires, (plutôt que de s’en prendre « plein la poire »), et d’amener un monde en accord avec nos valeurs ! Qu’en pensez-vous ?

Alors j’ai envie ce matin de partager mon regard avec vous sur certaines choses ; je trouve qu’il est largement temps d’ouvrir les yeux sur certains mensonges largement répandus et répétés. Histoire de ne plus être dupe, et de le clamer haut et fort ! Histoire de déblayer le paysage pour laisser place à de nouvelles initiatives.

La réalité est complexe et je veux éviter tout simplisme ; en même temps, arrêtons de tourner autour du pot et de ménager certains auteurs de graves comportements !

Par exemple, le professeur Pellerin, sauvé par un non-lieu de « l’injustice française » complètement aux ordres du lobby nucléaire. Malgré un dossier patiemment et richement constitué par la courageuse juge d’instruction Bertella-Geoffroy, où il est patent que M. Pellerin a menti, caché les dangers de l’explosion de Tchernobyl, et il a été suivi (poussé ?) par Alain Madelin et plusieurs élus gouvernementaux, hé bien, un non-lieu a été prononcé ! Moralité : le devenir de l’industrie nucléaire et l’irresponsabilité de certains élus passent avant la santé des populations et la vérité… Rage ! Je m’abstiendrai de lister les dirigeants politiques et économiques qui se tirent toujours des accusations les plus graves, ce serait trop long…

Par exemple les questions monétaires, où de prétendus experts à la solde des grandes banques continuent de nous enfumer ! Oui, la loi Giscard Pompidou de janvier 1973 a retiré à l’Etat la possibilité d’émettre sa propre monnaie, et c’est depuis cette date que la dette publique s’est creusée, par la nécessité de faire appel aux « marchés » et de leur payer de lourds intérêts ; oui, cette disposition a été confirmée par le traité de Maastricht puis celui de Lisbonne (article 123), et non, ce n’est pas une rumeur d’extrême droite, merci Etienne Chouard de démonter cette odieuse affirmation ! André-Jacques Holbecq a bien établi cette question de la dette publique de façon non réfutée à ce jour : LA DETTE PUBLIQUE, UNE AFFAIRE RENTABLE.

J’ai publié désormais 18 titres sur les questions monétaires et économiques : découvrez ces notions de base, qui sont accessibles à (presque) tous, une sorte d’humus sur lequel se développent de nouvelles monnaies ici et là en France, à l’instar de nos pays voisins ; je m’en réjouis beaucoup, je suis convaincu que les monnaies complémentaires, outre leur aspect pédagogique, faciliteront l’émergence d’une autre économie (je publierai une nouveau livre de Philippe Derudder en avril sur ce sujet). Merci à mes auteurs d’être si actifs et d’apporter bien à l’avance des visions qui sont de plus en plus validées ! Découvrez et abonnez-vous aux blogs les plus actifs : Olivier BERRUYER, Philippe DERUDDER, Bernard LIETAER, André-Jacques HOLBECQ sur Facebook, etc.

 Passons au domaine de la santé : que dire, que dire face à l’ignominie, à la malhonnêteté, à la prise en otages par l’industrie pharmaceutique ? Qu’Ivan Illich avait bien raison dès les années 1950 dans sa critique du système de santé (Némésis médicale) : tout ou presque est fait pour nous pousser à être malades, et non pas en bonne santé ! Depuis les polluants environnementaux (incluant les nanoparticules qui ne sont pas du tout évaluées, ayant échappé au processus « REACH ») jusqu’à l’hyperconsommation médicamenteuse, en passant par la naissance hypermédicalisée, la psychiatrie, les modes d’agriculture productivistes, les rayonnements ionisants, les micro-ondes téléphoniques, etc., etc., tout ce qui peut rapporter de l’argent à court terme à quelques multinationales est imposé (cf.les OGM) aux populations, au détriment de leur santé et bien-être. Et toujours cette langue de bois du pouvoir médical en place qui dénigre les médecines douces sans les connaître, qui met en garde contre les dangers de telle ou telle plante (ex :le millepertuis !!!) et recommande de prendre des médicaments, qui ont le temps de rapporter gros avant d’être reconnus toxiques, mais sans condamnation de leurs auteurs ni propagateurs ! Et ce discours lancinant contre les dangers des sectes, cet épouvantail bien pratique et électoraliste, alors que ce sont ces prétendus pourfendeurs qui pourraient être taxés de dérives sectaires !

En fait, un seul fait devrait nous ouvrir les yeux, qui en dit long sur la philosophie du pouvoir médical et politique en place : quasiment rien n’est fait pour la prévention sanitaire, ni l’éducation à la santé ! Au contraire, des milliards d’Euros sont dépensés en « pompier » pour tenter d’éteindre des incendies allumés par les mêmes, qui s’engraissent donc deux fois, pendant que les populations en pâtissent !

Heureusement, grâce au travail obstiné de certains thérapeutes naturels et de nos nombreux auteurs-chercheurs, de plus en plus de gens prennent leurs distances avec ce système complètement fou, et découvrent qu’ils peuvent soigner la plupart de leurs maux de façon très simple et peu couteuse (prenons garde à toute systématique et fanatisme toutefois). L’éducation à la santé, et la prévention (pas le dépistage, hein, ça n’a rien à voir !) sont les meilleures garanties d’une bonne santé.

 Bon, ceci étant posé, et nous étant sortis de cette duperie, je me réjouis de l’émergence de nouvelles valeurs, celles mises en lumière par l’enquête sur les « créatifs culturels » (à mon initiative en France), incarnées par de plus en plus de citoyens qui se retroussent les manches et créent de nouveaux projets ; ce sont des précurseurs du « monde d’après », car je suis convaincu que celui-ci est sur sa fin.

Et je fais le vœu qu’on soit assez créatifs, imaginatifs, courageux, pour élaborer un mode de vie d’une sobriété heureuse, chère à Pierre Rabhi, plus lent et respectueux tant de la nature que de la nôtre, où les échanges marchands soient réduits au minimum, où l’économie soit simplement au service de tous les humains et pas plus, où chacun pourra se consacrer à ses passions et contribuer à l’harmonie collective.

Vous trouverez au sein de la veille citoyenne que je tiens sur mon blog, un certain nombre de telles initiatives : découvrez-les, soutenez-les, ce sont les jeunes pousses du monde de demain ! Par exemple l’initiative « Tous candidats pour 2012 » lancée par le réseau Colibris. Je pourrais ajouter le domaine de l’éducation, de la démocratie, bien menacées elles aussi, et quelques autres : j’en parlerai une prochaine fois.

Je fais le vœu qu’on soit très nombreux et très déterminés à cesser de marcher dans le mensonge ambiant (merci à nos voisins arabes pour l’exemple), à démonter ce système de caste oligarchique, de façon non-violente, et à le remplacer par une autre manière de vivre ensemble, car oui, j’ai une immense et inextinguible envie de vivre avec vous, et avec les autres règnes de la nature !

Avec un bon tonus ce matin du 31/12/2011,

  Yves MICHEL,  éditions Le SOUFFLE d’OR et Yves Michel

 P.S. : vous avez vu tous les liens hypertexte que j’ai mis ? Il vous suffit de cliquer dessus pour atteindre le blog ou le site correspondant !

 

Vous aimerez aussi...

5 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *